flicklist

24 février 2020

A Dark song 2016 Liam Gavin

Ce film, sans doute pas sans défauts, qui nous amène doucement, lentement, vers un territoire aussi merveilleux qu'épouvantable, arrive a être assez flippant avec trois fois rien : un oiseau qui s'écrase sur une vitre, du sel que l'on répand sur le sol, un bruit à l'étage, ou une pluie de paillettes dans un salon, parce que tous ces signes sont chargés d'un sens effrayant. Tout ça est fait à l'économie, deux acteurs, une maison, des bouts de ficelles, et ça fonctionne bien. Evidement, quand à la fin il s'agit de vraiment montrer les démons (quelque chose du genre en tout cas), c'est un peu plus discutable, mais le film, indépendant jusqu'au bout, conserve sa manière bien à lui. (vu en 2017-2018)

Posté par misterbabolino à 22:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 février 2020

Dagon 2001 Stuart Gordon

Comme Castle freak, la mise en scène de Stuart Gordon est assez indigente, il se contente de filmer son scénario sans trop d'idées. Ce qui pose un problème quand le budget effets spéciaux est plus serré celui de mes vacances. Non franchement, quand on veut montrer plutôt que suggérer, faut avoir les moyens, et pour le coup c'est vraiment trop cheap par moment, surtout ces fx numériques préhistoriques très moches et très mal intégrés. Pauvre Lovecraft. Je me souviens également du rôle principale, pô terrible le p'tit gars. Et d'une manière générale, aucun rôle n'est développé là-dedans, ce qui fait qu'on se fout un peu de ce qui leur arrive. Bref, que de problèmes... Et c'est bien dommage car il y avait moyen de faire un sacré film avec cette histoire vraiment flippante, par moment totalement barrée. Je retiens le personage d'Uxia Cambarro (joué par Macarena Gomez (!)), envoutante, cette lueur de folie dans ses yeux, et cette chouette fin quand elle entraine le p'tit gars dans les profondeurs, seul moment d'émotion de la chose. Allez, je veux bien le revoir juste pour elle. Ah marrant, il y a même Francisco Rabal dans le rôle d'un vieux survivant, méconnaissable. (vu en 2017-2018)

Posté par misterbabolino à 21:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 février 2020

Cure for life (A Cure for welness) 2016 Gore Verbinski

Y’a des jolies choses dans ce film de Gore Verbinski, comme dans ses autres films, mais c’est aussi un peu trop long, trop copieux, comme dans ses autres films. Comme un bon repas, avec un peu trop de plats. Malgré tout, ce conte macabre est très recommandable. (vu en 2017-2018)

Posté par misterbabolino à 12:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Comment je me suis disputé...(ma vie sexuelle) 1996 Arnaud Despleshin

Pas grand chose à dire sur ce film, sinon que je me suis senti très loin des petits problèmes de ces intellos parisiens. Voilà. (vu en 2017-2018)

Posté par misterbabolino à 12:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 février 2020

Colossal 2016 Nacho Vigalondo

Voilà un film improbable qui mêle une histoire sentimentale, quelque part aux États Unis, sans grand intérêt, à une autre histoire de robots extra-terrestres géants qui piétinent Seoul, sans grand intérêt non plus, faut le dire. Sauf que les deux se répondent, mêlent l’intime au gigantesque, et que, pour improbable et inattendu que ce soit, ça fonctionne à fond, chaque partie enrichissant l’autre. Une des bonnes surprises vues cette année. (vu en 2017-2018)

Posté par misterbabolino à 08:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 février 2020

Castle Freak 1985 Stuart Gordon

Les plus d’abord : voilà un petit film d’horreur brut et sans ironie, sans maniérisme, ce qui n’est pas si courant. Et Barbara Crampton et Jessica Dollarhide sont vraiment bien. Après, Jeffrey Combs, marrant dans Re-Animator, montre ici ses limites, alors qu’il ne peut plus faire le guignol, et Stuart Gordon itou : sa mise en scène est assez terre à terre, genre telefilm de base, et échoue à nous impliquer. Le film manque d'ambiance, ne crée pas son univers, on sent qu'ils ont juste trouvé un vieux chateau en Italie, et basta. Et faut dire que, si le drame familial marche assez bien , l'histoire est finalement assez banale. Typiquement le film sincère qu’on aurait souhaité aimer, car l'horreur est bien là, mais qu’on va pas forcément regarder de nouveau, tant c’est juste moyen. (vu en 2017-2018)

Posté par misterbabolino à 15:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 février 2020

The Big Lebowski 1998 Joel Cohen

Je suis sûr que je n'ai jamais vu aucun film autant que celui-là. Passons sur les évidences : c'est une des comédies les plus drôles que je connaisse (même après 84 visions), chaque ligne de dialogue peut faire citation (j'ai l'audio du film dans mon téléphone), chaque scène est mémorable, même la caissière que l'on voit deux secondes est inoubliable. Le culte que ce film à nul autre pareil a engendré est ... à nulle autre pareil. Mais attention, c'est une comédie alors il est facile de ne le considérer QUE comme une comédie. Mettons les choses au point : c'est mis en scène aux petits oignons, avec quelques très belles idées plutôt inattendues, et c'est super bien joué, of course. Mais encore, le film met en scène des gens tout à fait ordinaires, sans drames, qui veulent juste qu'on leur foute la paix (comme toi et moi quoi), confrontés à quelques méchants très ordinaires également, des gens normaux donc, bras cassés, fénéants, un peu con, croqués avec un fabuleux sens de l'observation, humilité et tendresse, sans ironie, c'est pour ça aussi qu'au delà de la comédie le film est si grand, dans son absence de prétention, de grand sujet, de sérieux. On est tous d'accord pour dire que Fargo est un grand film, moi le premier, mais rien ne permet de prétendre que The Big Lebowski ne l'est pas moins (peut-être plus ?), en tout cas je le termine à chaque fois le sourire aux lèvres et, oui, la larme à l'oeil, parce que les deux frangins ont touché juste. On le sait, c'est plus facile de réussir une comédie qu'un drame, et c'est pour ça que c'est un petit miracle, bien plus que la somme de ses parties. Alors, sincèrement et non sans provocation, je le met dans mon top dix, ce qui en fait un des meilleur film de tout les temps. (revu en 2020)

Posté par misterbabolino à 21:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 février 2020

Berberian Sound Studio 2012 Peter Strickland

Pas si évident les films de Strickland, tant celui-ci semble prendre plaisir à raconter des bribes d'histoires, à nous laisser perdu, frustrés. Celui-là passe plutôt bien, vu que Gilderoy est lui-même perdus, dans ce pays, cette culture, ce studio, ce genre, qui ne sont pas les siens. Il y a une dimension érotique dans ces belles femmes doublant des sorcières supliciées, au milieur de ces fruits mûrs qu'on tranche ou qu'on écrase d'un coup sec pour en extraire un son organique. C'est très beau, très soigné, parfois assez marrant, on est incontestablement dans un film hommage, nostalgique d'un cinéma qui ne se fait plus, qui refuse notre époque. On pense évidement à Amer, en moins évident, moins fulgurant. C'est une boite à demi entrouverte sur des secrets qu'il ne faudrait pas trop exhiber, faute de quoi ils perdraient de leur beauté. Dans ce studio, on peut hurler, mais dehors personne ne soupçonne rien. La BO est assez extraordinaire, au moins aussi bien que le film, peut-être mieux, tout y est, débarrassé de l'obligation de raconter. (vu en 2017-2018)

Posté par misterbabolino à 21:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 février 2020

Avatar 2009 James Cameroun

Je n'ai jamais vraiment aimé Avatar, et je me fous de tout ce qu'on en dit. Je sais bien que JC n'est pas tombé de la dernière pluie, qu'il a du métier et tout ce que tu veux, mais je m'en tape. Je n'aime pas Jake Sully (qu'est-ce que tu lui trouves ?), je n'aime pas Pandora et son look de jeux vidéo, je n'aime pas ces GI bodybuildés ridicules, je n'aime pas cette histoire où des méchants militaires surarmés surbelliqueux s'en prennent à des gentils schtroumpf sauvages tout plein de sagesse (même les ewoks trouvent plus grâce à mes yeux, au moins il ont un certain sens de l'humour, enfin il me semble), ça m'énerve que ce film de 2453476 millions de dollars raconte cette fable écolo niaise, vue et rabachée 1000 fois, avec sa morale trop facile . Je me fous de la prouesse technique, qui ne m'impressione pas du tout. C'est juste con, et plutôt moche. Un peu comme les Marvel. C'est mieux que les Marvel tu dis ? Peut-être, qu'est-ce que j'en sais. (vu en 2017-2018)

Posté par misterbabolino à 22:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 février 2020

The Jane Doe identity (The Autopsy of Jane Doe) 2016 André Øvredal

D'abord mystérieux et intriguant, tout dans l'inquiétude, la suggestion. Puis le film rend visible ce qui était seulement suggéré, lâche ses effets et rejoint le tout venant du film d'horreur d'aujourd'hui. Dommage qu'il rentre dans le moule ainsi, un film d'horreur ne se doit-il pas d'en rester à l'écart ? Forcément décevant. (vu en 2017-2018)

Posté par misterbabolino à 07:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]